Découvrir la musique alternative indépendante islandaise

On a l’impression qu’ici tout le monde est musicien

Depuis le début des années 2 000 la scène de la musique alternative indépendante islandaise a décollé. Les artistes islandais voient leurs ventes des disques exploser en Islande comme à l’étranger, et ils partent régulièrement en tournée européenne. Les Icelandic Music Awards décernent chaque année des récompenses aux meilleurs artistes islandais y compris dans les catégories pop rock.
La cérémonie des Icelandic Music Awards a lieu chaque année à Harpa en février.

La vitalité de la musique alternative islandaise

Les plus connus sont BJÖK, GUS GUS, Sigur ROS, Emiliana TORRINI. Mais il y a aussi Páll ÓSKAR, SIN FANG, TILBURY, HJALMAR, PASCAL PINON, MOTION BOYS, MUM, DIKTA, Kria BREKKAN, Retro STEFSON, MUGISON, SKALMÖD, Gísli PALMI, HAM, PRINSPOLO, ÁSGEIR TRAUSTI, FOR A MINOR REFLEXION, OF MONSTERS And MEN, HJALTALIN, FM BELFAST, Jón JONSSON, LOW ROAR, KALEO, KIAMOS, Junius MEYVANT, ROKKURRO, SAMARIS, Sigtryggur BALDURSSON, ÁRSTIðIR, dj. GEIMSKIP Og FLUGVEL, FUFANU, M-BAND, MAMMUT, MY BUBBA, OBO, SKALMOLD, SOLEY, SOLSTAFIR, TONIK ENSEMBLE, VÖK, YLJA et YOUNG KARIN.

La musique islandaise à la rencontre de nouveaux publics internationaux

Le nombre d'artistes islandais se produisant à l'étranger a plus que doublé au début des années 2010. Les ambitions internationales du pays se concrétisent dans la participation à des évènements comme :
- le Ja Ja Ja de Vienne/Vienna en Autriche, de Berlin en Allemagne ou de Londres/London au Royaume-Uni.
- le Frost à Copenhague au Danemark.
- le Polar organisé par Air d'Islande à Paris en France. C'est un projet fondé en 2007 par Ari ALLANSSON pour faire la Promotion de la culture islandaise en France. Sont organisés autour de la culture islandaise des évènements, des concerts, des rencontres, des ateliers.

Quand les punks font de la politique


Quabd il s'agit d'élections politiques, il est bon de se souvenir d'une expérience unique en Islande.

Jón Gnarr

Jón GUNNAR KRISTINSSON est né le 2 janvier 1967. Dès l'enfance les médecins diagnostiquent chez GNARR un handicap intellectuel. Il est dyslexique, il a des difficultés d'apprentissage et un trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH). Jón GNARR raconte l'expérience de son enfance dans son livre "L'Indien".
Adolescent Jón joue de la basse dans le groupe punk "NEFRENNSLI" ce qui veut dire le «nez qui coule». Dans les années 1980, lui et sa future épouse, Joanna JOHANSDOTTIR, font connaissance des membres du groupe de rock alternatif basé à Reykjavik SUGARCUBES, comprenant BJORK , GUDMUNSDOTTIR et Einar Örn BENEDIKTSSON. BJORK est restée une amie proche de Joanna. Elle lui a dédié une chanson sur son album "Homogenic" sorti en 1997.
Sorti des études avec un niveau d'études secondaires, il travaille pour le constructeur automobile Volvo, puis il est chauffeur de taxi à Reykjavik.
A partir de 1994 Jón GNARR fait de la radio, de la télé et il tourne dans des séries télévisées islandaises avec entre autre avec la chanteuse BJÖRK. Il fait du stand up, il est scénariste, producteur. Il gagne ainsi en notoriété et popularité.
En 2005 alors qu'il a 38 ans, il décide de changer légalement son prénom à la façon dont sa mère le prononçait quand il était un jeune garçon et il devient Jón GNARR.

Le contexte

2008 L'Islande est en plein marasme financier, touchée et coulée par la crise financière. Le pays découvre alors le chômage, jusque là inexistant.
Fin 2009, cinq mois avant les élections du maire de Reykjavik, le Besti Flokkurinn « le Meilleur Parti » est formé. C'est un parti satirique qui parodie les partis politiques islandais. Par exemple son programme prévoyait la construction d'un Disneyland près de l'aéroport, un seul Père Noël pour faire des économies, la distribution de serviettes gratuites dans les piscines municipales, de la bonté envers les malheureux et bien d'autres projets sympathiques. Un engagement écologique fort et la volonté d'une meilleure transparence de la vie politique font également partie de ses propositions. Ces promesses électorales, pour beaucoup farfelues avaient été faites pour en montrer la vacuité. D’emblée il était annoncé qu'elles ne seraient pas forcément tenues.

Des anarchistes à la tête de la mairie

Le 15 juin 2010 Jón GNARR, le leader du Meilleur Parti, contre toute attente est élu maire de Reykjavik.
Reykjavik, ville de 300.000 habitants avec un budget de 12 millions d'euros, a donc choisi en l'élisant comme maire un «clown», un comédien mélange de COLUCHE et de Dany BOON. L'élection de GNARR a reflété surtout un rejet des politiques et un vote de protestation car personne n'a pardonné l'implication des politiques dans la crise économique. Dans ce conseil municipal atypique les femmes au foyer, les anarcho-surréalistes et les punks côtoient les purs produits du monde politique islandais. Jon Gnarr a exigé que chaque membre du conseil regarde les cinq saisons de la série "The Wire" qui dépeint les relations économico-politico-mafieuses dans la ville de Baltimore aux USA.
Tout au long de sa mandature, GNARR a mis en pratique les convictions qu'il a toujours revendiquées dans son parti, fondé à la hâte en 2009. La justice sociale, l'égalité entre les individus et le respect de l'environnement. Une nouvelle Constitution a vu le jour, élaborée sur la base du travail de 25 citoyens «ordinaires» et des contributions recueillies sur les réseaux sociaux.
Le mandat de Jón GNARR s'est terminé le 12 juin 2014 et il n'a pas souhaité se représenter. En final cette équipe de novices en politique a dirigé les affaires de la capitale islandaise avec succès.